Accueil > Recherche


Equipe de recherche CRED
Cognitive Research and Enactive Design

Présentation

L’identité du groupe CRED ne relève pas d’une unité méthodologique, disciplinaire [1] ou doctrinale. Elle consiste d’abord dans la singularité de ses ambitions topiques et organisationnelles : concevoir (aussi bien au sens philosophique qu’au sens de l’ingénierie et de l’expérimentation) et problématiser les dimensions techniquement constituées et techniquement constituantes [2] de l’expérience humaine. Par « expérience humaine », il est entendu ce qui nous arrive [3] tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle collective, dans des situations perceptives, cognitives (apprentissage, raisonnement, mémorisation, invention…), sociales, collaboratives, linguistiques, artistiques et ludiques. À chaque fois, ces situations sont habilitées et conditionnées par des dispositifs, des systèmes, des traditions et des usages techniques (ce qui est ramassé dans le nom « la technique », qui ne dénote pas nécessairement une hypostase). Le « ce qui nous arrive », dans ses rapports avec la technique, est décrit et conceptualisé à partir de différents registres ou points de vue : registre phénoménologique, éthique et philosophique, registre cognitif et expérimental, registre techno-logique, registre historique, registre linguistique, registre de l’ingénierie,… Chacun de ces registres est solidaire de gestes ou de méthodes de problématisation spécifiques : description de l’expérience vécue, analyse et travail conceptuel, discussion d’arguments et d’auteurs, généalogie, recherche documentaire, observation et expérimentation, modélisation, travail de terrain, conception de dispositifs,… Ces spécificités n’empêchent pas des points de rencontre et d’interaction, au contraire : l’ambition organisationnelle du CRED est de favoriser l’articulation – ponctuelle et parfois systématique – entre ces gestes et ces méthodes, au-delà d’un simple objectif de rencontre interdisciplinaire.

Ces deux ambitions principales, le CRED les développe à partir de l’héritage des groupes de recherche PHITECO (Philosophie, Technologie, Cognition, devenu GSP en 2002) et GSP (Groupe Suppléance Perceptive, devenu CRED en 2007).

Dès la fin des années quatre-vingt, le groupe de travail PHITECO a associé la « thèse de la technique comme anthropologiquement constitutive » (TAC) à des positionnements originaux et exigeants en philosophie et en phénoménologie, en épistémologie, et en sciences cognitives (élaboration et défense d’une théorie/programme de recherche/paradigme de l’énaction), à partir de références importantes et toujours présentes aujourd’hui, sans qu’elles constituent pour autant une doxa incontournable et indépassable (Husserl, Merleau-Ponty, Leroi-Gourhan, Goody, Simondon, Varela, Stiegler…). Le CRED a maintenu et continue de maintenir le travail sur ces positionnements, de diverses manières : dialogue critique et instruit avec les théories représentationnalistes, computationnalistes et internalistes de la cognition ; élaboration de théories et modèles alternatifs de la perception et de la cognition en général (sans donc limiter cette dernière à la cognition « de bas niveau ») ; travaux sur l’intentionnalité, les inscriptions et les traces ; réflexions sur la technoscience et la technologie ; études des modalités conceptuelles, historiques et institutionnelles de (dé)construction et de dépassement de l’alternative technophobie/technolâtrie… Les concepts de « couplage », « d’ « énaction », de « transduction », de « constitution », d’ « inscription (corporelle (embodiement)/sémiotique) » sont ici centraux.

Ce que l’on appelle généralement « thèse de la technique comme anthropologiquement constitutive » ne constitue pas un point d’arrivée ou un acquis : il s’agit d’une proposition qui continue d’être posée (une thèse) en étant affinée et complexifiée (dépendamment notamment de l’extension que l’on donne à « la technique » dans les registres mentionnés plus haut). L’anthropos, tel que nous le comprenons ici, ne ramène pas à une essence humaine ou individuelle en rupture avec d’autres formes de vie, mais à des processus de (re)configuration et de (dé)construction éprouvés par les humains et les modes et formes de vie qui y sont associés – processus ici techniquement conditionnés et habilités. Sur un plan critique, cette thèse permet de dépasser l’opposition stérile entre un déterminisme technique généralement solidaire d’un essentialisme et d’un substantialisme naïfs et l’idée d’une technique neutre dont les effets ne relèveraient que des usages que l’on en ferait et qui seraient extrinsèques au fait et au faire techniques. On connaît les effets institutionnels, pédagogiques et politiques de cette opposition, et donc les enjeux de son dépassement. Refuser la neutralité de la technique, c’est aussi accepter de ne pas avoir un discours neutre sur elle.

Sur un plan méthodologique, la recherche du CRED se déploie à partir de différentes disciplines et de différentes postures : philosophie, sciences cognitives (psychologie), épistémologie, histoire, linguistique, ingénierie, design… Le CRED met en œuvre les conditions de rencontre et de collaboration entre ces disciplines et postures. Le GSP s’était développé à partir de l’exigence d’articuler étroitement, sur un plan méthodologique et pas seulement organisationnel, travail philosophique, travail expérimental, et ingénierie, en insistant notamment sur le pouvoir heuristique du travail d’ingénierie lorsqu’il s’agit de travailler sur des questions philosophiques et cognitives ayant trait à la perception. Le CRED continue d’abriter ce projet d’articuler ensemble philosophie, science expérimentale et ingénierie : si ce projet (et la méthodologie minimaliste qui y est associée) ne peut recouvrir l’ensemble des projets menés au sein du CRED (en raison notamment de l’élargissement des objets et des champs de recherche du CRED), son caractère interdisciplinaire et dialogique est d’une importance centrale pour structurer d’un point de vue organisationnel le milieu de recherche développé au CRED. C’est ce qui permet d’ailleurs au CRED de présenter une autre singularité, concrète, au sein de COSTECH : activités hebdomadaires (réunions plénières, séances de travail expérimental, atelier de lecture de textes, réunions projets,…), une salle de travail, un séminaire de recherche annuel (SC01) associé au mineur PHITECO,… Les objectifs présentés ci-dessous seront poursuivis au sein de ce milieu concret mis en place depuis plusieurs années.



[1Pour informations, les sections CNU présentes au CRED (en termes de qualifications obtenues ou envisagées) sont les suivantes : 7, 16, 17, 22, 70, 72.

[2« Techniquement constituantes » dans un sens double : qui possède un pouvoir constituant en vertu de ses dimensions techniques (et donc de sa dimension techniquement constituée), mais aussi qui possède un pouvoir constituant sur la technique. Le fait et le faire techniques ne sont jamais donnés ou in-constitués.

[3« Ce qui nous arrive » n’est pas synonyme de « ce que nous subissons » : ce qui nous arrive, c’est d’abord et surtout ce que nous faisons advenir, ce que nous vivons.

< Retour à la rubrique Recherches



Se syndiquer
CONTACT Webmestre
webmaster[at]costech-utc.info

CONTACT
Christine Devaux
03 44 23 79 20
christine.devaux@utc.fr