Accueil > Recherche


Plateforme Philosophie et Technique

Coll. "A présent"

La plateforme « Philosophies et techniques » soutient la collection « A Présent », éditée par François-David Sebbah chez Encre Marine.

À présent : Éprouver ce qui nous arrive. L’accueillir, l’affronter, y résister.
À présent ? Interroger ce qui se profile, ce qui s’invente, innove ou fait retour.
À présent ! Dire oui au théorique qui s’esquisse.
Le sens de la technique : le numérique et le calcul

Bruno Bachimont

GIF - 30.3 ko

La technique, si elle est désormais moins délaissée par la réflexion scientifique et philosophique, est souvent considérée soit à partir de ses conséquences à l’aune desquelles on la juge, soit à partir d’une caractérisation conceptuelle qu’on reprend sans la confronter à la technique telle qu’elle se fait et se constitue. L’optique de l’ouvrage est de reprendre la question de la technique pour en proposer une caractérisation en s’appuyant sur l’approfondissement de la question du numérique. En effet, l’hypothèse explorée ici est que le numérique n’est pas tant une révolution qu’un aboutissement d’une évolution de la technique dont elle éclaire et révèle la nature en même temps qu’elle en est une partie. Cette réflexion permettra également de poser la question de l’ingénierie, de son éventuelle autonomie vis-à-vis de la recherche scientifique ou de la production économique, et donc plus généralement des perspectives de la recherche contemporaine.

Qu’est-ce que la technoscience ? Une thèse épistémologique ou la fille du diable ?

François-David Sebbah

Le terme « technoscience », abondant dans les discours militants et journalistiques, absent des discours internes aux pratiques scientifiques, parfois utilisé par des philosophes ou des sociologues, est récent.
Le substantif apparaît au milieu des années soixante-dix. Il est souvent chargé d’affects et d’une axiologie implicite : il constitue souvent une arme de lutte (nommer les phénomènes techniques et/ou scientifiques de ce nom c’est déjà, dans bien des contextes, les « dénoncer »), mais est-il aussi le lieu d’une élaboration conceptuelle précise et consistante pour accueillir ce qui nous arrive et qu’on désigne ainsi ? Et ce qui nous arrive sous ce nom est-ce, localement, une reconfiguration de la représentation des rapports entre sciences et techniques, ou bien aussi, plus largement, une manière nouvelle d’expérimenter quelques énigmes fondamentales (comme celle de l’Invention, ou bien encore celle de la Puissance) ? On veut manifester dans ce livre l’ambiguïté fondamentale d’une « figure » aux facettes multiples – la technoscience –, qui traverse les registres de l’épistémologique, de l’économique et du politique, pour assumer des inflexions proprement métaphysiques et même eschatologiques.

Prométhée généticien - Profits techniques et usages des métaphores

Claude Calame

Prométhée inventeur du génie génétique ? Prométhée héros fondateur des biotechnologies ? Prométhée champion des manipulations du génome humain ?
Dans la tragédie d’Eschyle, Prométhée se vante d’avoir transmis aux hommes des techniques civilisatrices. Systèmes de signes à déchiffrer, ces tékhnai requièrent une habileté interprétative. Dès lors, pas de surprise à voir la biologie moléculaire contemporaine penser les processus de la génétique humaine en termes de code à déchiffrer, de texte à lire, de bibliothèque à consulter. Mais, malgré la prise en compte des facteurs épigénétiques et de l’environnement extérieur, ces métaphores sont utilisées dans un sens déterministe.
La perspective décentrée de l’anthropologue helléniste, doublée du regard critique du linguiste, ne permettrait-elle pas d’aller plus loin ? De même que les arts pratiques offerts aux mortels par Prométhée, les métaphores du code et du déchiffrement renvoient en fait à des procédures d’ordre interprétatif, en prise sur les ambiguïtés propres aux processus de signification. Au paradigme du déterminisme scientiste on préférera donc l’idée d’un multidéterminisme conjectural. Relevant d’une herméneutique, ce paradigme respecterait la part de hasard propre à tout processus de fabrication de l’homme. Pratiques de culture, les sciences du vivant sont, de fait, des sciences humaines.



< Retour à la rubrique Recherches



Se syndiquer
CONTACT Webmestre
webmaster[at]costech-utc.info

CONTACT
Christine Devaux
03 44 23 79 20
christine.devaux@utc.fr