Dans le cadre du dossier « Penser la technique avec Bernard Stiegler », nous publions les vidéos des dernières interventions du philosophe au séminaire PHITECO (Philosophie Technologie Cognition), évènement annuel organisé par le laboratoire Costech (UTC).
Bernard Stiegler avait contribué à lancer le séminaire à la fin des années 1980 avec Véronique Havelange. Il y participait régulièrement depuis plus de trente ans.

Résumé

L’anticipation est évidemment une dimension du temps et du point de vue que j’ai adopté dans La technique et le temps, il n’est possible de penser l’anticipation et plus généralement la futurition (qui ne se réduit pas à l’anticipation) qu’à la condition de l’appréhender come jeu des rétentions et de protentions où il faut distinguer avec Edmund Husserl rétentions et protentions primaires des rétentions et protentions secondaires, à quoi j’ai ajouté le jeu des rétentions tertiaires (mis elles étaient déjà en filigrane en quelque sorte dans L’origine de la géométrie de Husserl), à quoi Yuk Hui (On the existence of digital objects, Minnesota press) a ajouté les protentions tertiaires.
Une telle approche qui doit être confrontée à Henri Bergson nécessite également de prendre en compte à la fois ce qu’Alfred Whitehead appelle la « fonction de la raison » et ce qu’Alfred Lotka a considéré sous le nom d’évolution exosomatique. Si les rétentions tertiaires, qui sont les marqueurs de l’hominisation (où il faut distinguer les rétentions tertiaires hypomnésiques, qui n’apparaissent qu’au Paléolithique supérieur), forment le milieu que j’ai appelé épiphylogénétique, c’est dans la mesure où avec l’hominisation, l’évolution devient exosomatique, au cours de laquelle l’anticipation et plus généralement la futurition constituent des processus de sélection parmi des possibles bipolarisés par des tendances contradictoires : l’anthropie et la néguanthropie.

Enregistrement audiovisuel de l’intervention de Bernard Stiegler dans le séminaire PHITECO 2019 « Techniques d’anticipation. Anticipation des techniques », le jeudi 24 janvier 2019 à l’Université de technologie de Compiègne.